AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ, ICI C'EST UN FORUM TEST !
anipassion.com
Partagez | 
 

 we're damaged, take control. (zola)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité
I.D. CARD
ABILITIES

MessageSujet: we're damaged, take control. (zola)   07.07.14 13:22


   

    phoenix zola jazz-king

   
   
surnoms : les gens t'appellent tout simplement zola. T'as la chance d'avoir un prénom court ; histoire qu'on n'te file pas d'surnoms pourries. en revanche, ta soeur t'appelle tout le temps chaton.  ∞ ville de naissance : t'es né à new-york. ∞ date de naissance : tu fêtes ton anniversaire le vingt novembre. ∞ âge : t'as actuellement vingt ans. ∞ statut fiancier : t'es pas foutrement riche, mais t'es pas pauvre non plus. tu voulais une vie tranquille, tu l'as. tu n'gagnes pas des masses, mais c'est assez, selon toi. ∞ statut social : t'es célibataire. tu t'tapes parfois des mecs, mais ton coeur bat toujours pour la même personne depuis plus de trois ans. ∞ orientation sexuelle t'es homosexuel. seuls les hommes t'intéressent. ∞ métier/études : t'as eu ton bac, puis t'as fait une année en langues étrangères à l'université avant de venir à victoria pour devenir libraire. ∞ famille : tu parles encore à tes parents, bien qu'ils habitent toujours à new-york. ta soeur est venue vivre avec toi, ici. ∞  signe particulier : aucun, si ce n'est ta bouille de bébé. ∞ avatar : vladimir averyanov.
   
   
this is who i am...
   
bavard ₪ borné ₪ facilement boudeur ₪ bruyant  ₪ docile ₪ familier ₪ impatient ₪ irresponsable ₪ jaloux ₪ maniaque de la propreté physique ₪ naïf ₪ paresseux ₪ procrastinateur ₪ râleur ₪ sans gêne ₪ têtu ₪ vulgaire ₪ amusant ₪ attentionné ₪ câlin ₪ courageux ₪ curieux ₪ drôle ₪ dynamique ₪ intelligent ₪ observateur ₪ sociable ₪ sûr de moi.

tu es allergique aux fraises. ₪ ta soeur a un an de plus que toi. ₪ t'as peur des orages. tu ne sais pas pourquoi. c'est juste ... psychologique. ₪ tu squattes souvent le lit ou la chambre de ta jumelle. ₪ tu as tendance à gonfler tes joues pour un rien. ₪ tu fronces le nez lorsque tu es irrité ou énervé. ₪ tu carbures à l'ice tea et aux granités. ₪ t'es un accro à la nouvelle technologie. ₪ t'es un grand fanatique des jeux vidéos et des films d'horreur. sauf que ... quand il s'agit de dormir la nuit, c'est moins amusant. heureusement, Chanel est toujours là pour toi. ₪ tu ne tiens pas du tout à l'alcool.₪ tu collectionnes toutes sortes de vêtements. t'as une pièce entière dédiée à ta collection de fringues. ₪ tu aimes faire des paris stupides. ₪ tu es un vrai ventre sur pattes, mais heureusement pour toi, tu ne prends presque jamais de poids. ₪ tu ne sais pas nager et t'as peur de l'eau ... sauf quand il s'agit de prendre ton bain ou de prendre une douche, là, t'es aux anges. ₪ t'es du genre jaloux et sur-protecteur. c'est un côté de toi qui te rend à la fois adorable et méprisable. bon, tu n'as jamais surveillé de trop près tes anciennes conquêtes et tu n'as jamais montré ta jalousie, mais c'est quelque chose qui t'a toujours bouffé de l'intérieur. ₪ t'as toujours eu du mal à réprimer tes pulsions ; comme un rire lors d'un enterrement ou lors d'un moment sérieux. ₪ tu oublies toujours de vider tes poches avant de faire une machine et souvent, tu retrouves des billets après le lavage. sauf qu'ils sont toujours en mauvais état après cela. ₪ t'es du genre à éviter les conflits. t'as horreur de ça. tu détestes encore plus lorsque l'on te donne des ordres ou que l'on te fait la morale, même si tu fais toujours mine d'écouter et de dire oui. ₪ t'es un grand fan des disney.₪ t'aurais aimé rester un enfant ; c'est trop compliqué de grandir. ₪ tu sais faire craquer ton cou, tes doigts, tes poignets, ton dos et tes orteils. c'est crade ? pas grave. ₪ t'es accro à mon téléphone portable. ₪ tu grognes lorsque l'on vient te réveiller. ₪ t'es pas mal pervers dans ton genre ; regarder les fesses des hommes qui passent dans la rue est l'un de tes passes temps favoris, et puis, tu n'te gênes pas. il te suffit de faire une bouille toute mignonne pour arranger les choses.
       

   pour vous, l'amour c'est quoi ?
   
L'amour, c'est un sentiment unique, d'après toi. Quelque chose qu'il faut chérir ; qu'il ne faut pas laisser passer. T'as déjà perdu ton premier amour, tu ne comptes pas faire la même erreur une deuxième fois. Tu sais très bien qu'il faut tout faire pour la personne que  l'on aime ; quitte à se brûler les ailes. Être à fond dans son couple et ne jamais baisser les bras, même quand tout part en vrille. T'aurais dû faire ça, il y a quatre ans. Ouais, t'aurais dû. T'as laissé filé l'homme que t'aimais ; l'homme que t'aimes toujours maintenant.
Mais l'amour, c'n'est pas forcément la chose la plus belle. Ça fait souffrir. Ça te rend jaloux, peu confiant, possessif, peureux. T'as toujours peur d'perdre la personne que t'aimes ; d'la voir partir avec quelqu'un d'autre. Ouais. T'es comme ça, Zola. Pour toi, l'amour est une chose autant positive que négative. Pourtant, tu ne fuis pas tes sentiments. Enfin, c'est c'que tu te dis. Mais dans l'fond, tu te mens à toi-même ; tu te dis que l'as oublié, mais dans le fond, tu l'aimes encore, Malo.  

   que pensez-vous du village gay ?
   
Tu l'aimes, le village gay. T'n'es pas venu ici pour rien, après tout. C'est ta sœur qui t'en a parlé, quand tu lui as dit que t'aimerais partir loin de New-York pour oublier tes problèmes, pour oublier Malo, pour oublier tes sentiments. Chanel t'a montré la brochure de la ville et t'as fait tes valises le lendemain. T'étais prêt. Prêt à partir ; à t'casser loin de la capitale. Loin d'l'immense ville dans laquelle tu as grandi. Et quand t'es arrivé ici ; tu t'es senti chez toi tout de suite. Les gens ne se cachent pas. On n'les regarde pas bizarrement ou froidement parce qu'ils se tiennent la main et qu'ils sont deux hommes ; ou deux femmes. T'aimes ça. Le fait de pouvoir être toi-même. De pouvoir te montrer tel que t'es sans avoir peur de te faire frapper le lendemain ou d'être la risée du quartier. C'est ça, le village Gay. Ou du moins, c'est comme ça, à tes yeux.  

   
pseudo : mangue. ∞ prénom : laetitia. ∞ âge : dix-sept ans. ∞ pays : france. ∞ comment as-tu connu le forum ? t'as qu'à aller voir chez eden. ∞ comment le trouves-tu ? jolem.  :coeur:  ∞ fréquence de connexion : 7/7jrs. ∞ personnage inventé ou scénario : inventé, késtucroué ? ∞ mot de la fin : z'êtes beaux.  :hehe: 
   

   
Code:
VLADIMIR AVERYANOV [size=13][color=red]✘[/color][/size] p. zola jazz-king
   
code by eylika (c)


Dernière édition par P. Zola Jazz-King le 07.07.14 13:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
I.D. CARD
ABILITIES

MessageSujet: Re: we're damaged, take control. (zola)   07.07.14 13:22


   
the story of my life

   
« CHANEEEEL ! » Hurla le jeune Zola qui venait de se réveiller en sursaut, son corps tremblotant. Il venait de faire un cauchemar et comme d'habitude, il appelait sa sœur à la rescousse. Celle-ci ne mit pas très longtemps à débarquer dans sa chambre, l'une de ses mains serrant sa peluche préférée. Elle se frottait les yeux de sa seule main libre et marmonnant des paroles incompréhensibles. « Tu vas réveiller mes poupées, Zola, fais moins de bruit. » Murmura-t-elle tandis qu'elle s'approchait de son frère en titubant légèrement, encore endormie. Lorsqu'elle fut assez près, Zola la tira contre lui et se mit à pleurer. Cela avait toujours été ainsi. Chanel, la fille des Jazz-King, veillait sur son frère et endossait son rôle de grande soeur sans broncher. C'est pourquoi elle a toujours été plus mature que son frère. Il était trop innocent pour se protéger tout seul et elle ne voulait pas qu'il se fasse embêter par les autres enfants. Ainsi, elle avait la réputation d'être un vrai garçon manqué. Parce que, quand des garçons s'en prenaient à son frère, elle les frappait sans mesurer sa force. « Encore un cauchemar ? » Demanda-t-elle, même si la réponse était évidente. Zola hocha de la tête, reniflant bruyamment. « Hum ... j-je peux dormir avec toi ? » La fillette âgée de cinq ans attrapa l'une des mains de son frère et le tira pour le forcer à se lever. Il l'a suivi le long du couloir ; jusque dans sa chambre. Et lorsqu'elle ferma la porte, il était déjà allongé dans le lit. Elle lui tira la langue, geste qu'il put voir grâce à la petite veilleuse accrochée au mur. Le cadet se mit à rire faiblement avant de se pousser contre le mur pour laisser de la place à sa soeur. « Dors. Je te protège des monstres ! » Enserrant sa soeur contre lui, Zola ne mit pas longtemps à se rendormir et cette fois-ci, aucun cauchemar ne vint le perturber pendant son sommeil.

« Papa, pourquoi t'as un plâtre et tous ces fils ? T'avais pas dit que t'étais invincible ? » Demanda Zola alors qu'il venait d'entrer dans l'une des chambres de l'hôpital de la ville. Sa mère ouvrit la bouche pour répliquer, mais son mari la devança. « Je t'ai dit que je ne pouvais pas mourir, pas encore. Et puis, regardes ! Je suis toujours en vie ! Ce n'est pas une petite balle qui va m'arrêter ! » La mère des enfants hoqueta et toisa son mari du regard, lui faisant comprendre qu'il regrettait ses paroles, plus tard. Zola attrapa la main de sa soeur et se mordit la lèvre inférieure. « Donc, tu ne vas pas mourir, p'pa ? » Osa demander Chanel, qui n'avait pas encore parlé depuis qu'ils étaient arrivés. Leur père se mit à rire et hocha de la tête négativement. « Bien-sûr que non ! Je vous le promets ! » Le frère et la soeur soupirèrent de soulagement en même temps et explosèrent de rire en remarquant qu'ils avaient été parfaitement syncro, sur ce coup. « Ah Ha ! Je te l'avais dit ! On fait toujours pareil ! » « Ce n'est pas vrai ! Je n'suis pas un garçon manqué, moi ! » Chanel haussa des sourcils avant de donner une pichenette sur le bout du nez de son frère. « Normal, t'es un garçon, idiot ! Mais ... t'es une fillette ! » Zola fit une grimace avant de lui tirer les cheveux. « C'pas vrai ! C'est juste que je ne veux pas frapper les autres ! » « Menteur ! » « Menteuse ! » « Ment ... » « Vous allez arrêter oui ?! » Le cri de leur mère les firent sursauter et ils arrêtèrent de se chamailler directement. Luaine déposa un bref baiser sur les lèvres de son mari cloué au lit avant de pousser les jumeaux hors de la salle. « On passera te voir demain, repose-toi bien ! Je t'aime ! » Et ils partirent hors de l'hôpital en même temps que Luaine punissait de télévision les deux enfants pendant une semaine pour avoir crié dans un endroit rempli de malades.

« Je n'veux pas aller au collège ! On m'a dit qu'il y a une bande de gros balourds ! » Tenta Zola qui se débattait alors que son père le forçait à rentrer dans la voiture.  « Au moins, tu pourras essayer le coup de « la tête dans la cuvette ». » Ironisa Chanel sur un ton moqueur.  « Chanel ! Ne dis pas ça à ton frère ! » Hurla leur père, rouge de colère. La concernée croisa les bras contre sa petite poitrine et prit un air boudeur.  « T'façon, je suis trop mignon pour qu'on me fasse ça. Alors que toi, t'as une tête de cochonette ! »  « Truie ! La femme du cochon s'appelle la truie, Zola ! Combien de fois je vais te le dire pour que ça rentre dans ta cervelle de moineau ? Et dis-moi ça encore une fois et je me chargerai personnellement de te mettre la tête dans les toilettes ! » Zola lui tira la langue et abandonna son caprice. Il s'installa à côté de sa sœur et posa sa tête contre l'épaule de cette dernière.  « Boude pas ! Je mentais. T'es très jolie et tu le sais ! » Chanel haussa des épaules avant d'ébouriffer les cheveux de son frère. « Et toi, n'aies pas peur ! Si on t'embête, je te protégerai ! » Zola sentit son nez se fronça et il lui tira une oreille.  « Je peux me débrouiller seul, vraiment. Maintenant que je prends des cours de self défense, j'ai plus besoin de tes muscles de fille ! » L'adulte explosa de rire avant de démarrer, se demandant si la rentrée au collège de son fils allait bien se passer.

« Alors, Jazz-King, encore la tête dans les bouquins ? Tu as terminé mon devoir de mathématiques, j'espère ? » Du haut de ses treize ans, Zola ne savait pas dire non. Il tourna donc mon visage vers la personne qui venait de lui parler et ne put retenir une grimace de dégoût en le voyant. Pourquoi fallait-il que cela tombe sur lui ? Il n'avait rien demandé et qui plus est, il n'avait jamais rêvé d'être ce genre de personnes. On tira ses cheveux pour ramener sa tête en arrière et il se reteint de justesse de gémir à cause de la douleur. Fronçant le nez, il pointa du doigt une copie au bout de la table. « Hmm ... J'espère pour toi que j'aurai la meilleure note de ma classe. Ciao chaton. » Le chef de la petite bande attrapa la feuille et partit l'air de rien. Zola soupira et se gratta l'arrière de la tête avant de se remettre à travailler.

S'élançant dans le couloir de science du collège, il n'entendait pas son nom que l'on criait un peu loin dans les escaliers. Discutant avec l'un de ses amis, Zola souriait naïvement, haussant des épaules de temps en temps pour montrer qu'il ne connaissait pas la réponse à sa question. Après avoir évité plusieurs personnes, ils s'arrêtaient devant leur salle, l'air de rien. Encore une fois et cette fois-ci à cause du brouhaha, il n'entendit pas le hurlement qui disait son nom suivi d'une insulte. Ce n'est que lorsque trois garçons de son âge se posèrent devant lui qu'il se raidit brusquement. Zola sentit alors la main de son ami serrer son bras tandis que le plus petit du groupe en face d'eux souriait étrangement. Il savait très bien pourquoi ils étaient là et il était temps pour lui de montrer qu'il savait me défendre. « Jazz-King, faut qu'on parle. Tu t'es chier à mon devoir, je me demande quel sera ton châtiment. » En l'entendant dire ceci, Zola ne put s'empêcher de sourire bêtement. Depuis quand employait-il des mots intelligents ? Il n'en avait aucune idée. Il l'attrapa par le col tandis que l'ami de Zola murmurait son prénom, l'air décontenancé par la situation en sa défaveur. « Hum ... Alors, je ne vois pas en quoi je l'ai chié. C'était mon but, de te voir revenir avec une trèèèès mauvaise note. » Souriant de toutes ses dents, il n'essaya même pas d'éviter son poing qui s'écrasa sur sa joue droite, le faisant chuter par terre. Oui, il était vraiment temps pour lui de mettre un terme à tout ça. Sans réaliser qu'il y avait des professeurs dans les parages, Zola se releva et frappa de toutes ses forces celui qui l'harcelait depuis plus de trois ans. « Je te l'ai pourtant déjà dit, pas au visage. Je suis trop beau pour que l'on m'abîme et crois-moi, tu n'en auras plus l'occasion. » Il ne lui avait pas fallu plus de temps pour se jeter sur le jeune Jazz-King en criant, mais grâce à ses cours de self défense, zola l'évita et le regarda tomber par terre comme une vulgaire chaussette sale. C'était gagné d'avance.

« Zolaaaaa, tu peux me sauver la vie, s'il te plaît ? » Le concerné se tourna pour faire face à sa soeur et lui souris pour lui montrer qu'il était apte à lui accorder une faveur. Elle jeta un regard derrière elle et se mordit la lèvre inférieure. Sur le coup, il ne put s'empêcher de rire bêtement. Il avait l'habitude de la voir remballer des mecs, mais celui-là semblait étrangement collant. Haussant des épaules et comprenant sa requête silencieuse, Zola attrapa ses mains pour la tirer sur la piste de danse. En cette soirée pour fêter Noël à Londres où ils étaient pour les deux semaines de vacances, il était temps pour le jeune adolescent de prendre son rôle de jumeau au sérieux. « Il faut toujours que tu me demandes de faire semblant d'être ton petit copain quand on n'est pas chez nous et que des mecs des autres villes te draguent, hein ? On ne t'a pas dit que l'inceste n'est pas accepté, ma jolie ? » Chanel lui tira la langue avant de se coller à lui. Sur le coup, il laissa un léger rire s'échapper d'entre ses lèvres. Une nouvelle musique commença et il fallait que ce soit une musique du genre salsa. Zola gonfla ses joues et soupira. « Oh noooon ! Tu sais que je n'aime pas danser ce genre de danse avec des thons dans ton genre. Moi, il me faut une fille avec des gros boobs et un cul en béton pour ce genre de danse ! T'es vraiment pas drôle ! » Sa grande soeur lui tira la langue une nouvelle fois avant de commencer à danser. Souriant faiblement, Zola posa ses mains sur ses hanches avant de faire une grimace. « Te plains pas, dis-toi que tu me sauves la vie, ce mec me soûle trop et si tu veux, après, je te présenterai un mec trop sexy ! » Zola accepta son marché en déposant un léger baiser sur sa joue droite avant de se laisser entraîner par la musique.

Zola regarda à droite, puis à gauche avant d'embrasser le jeune homme qui se trouvait en face de lui, assis sur une table dans la salle de classe. Le brun frémit en sentant le plus vieux caresser sa nuque tandis qu'il fermait les yeux, se laissant faire ; docile. Il n'aurait peut-être jamais dû le regarder avec autant d'intérêt dans les vestiaires. Sans cela, jamais il n'aurait eu à se mettre autant en danger. Mais la tentation était trop forte. Le jeune Malo était la luxure incarnée. Il était beau. Oh putain. Il était affreusement magnifique. Ses yeux, son nez, sa bouche, ses petites pommettes et ses cheveux en batailles … Tout en lui ordonnait à Zola de l'embrasser, de le toucher encore et encore. Il ne pouvait pas s'arrêter, même s'il avait peur du regard des autres, même si cela ne faisait que quelques temps qu'il avait compris que seuls les hommes l'intéressaient. Il glissa ses mains sous son débardeur en mordillant la lèvre inférieure du jeune homme collé à lui avant de se crisper en entendant des rires provenant du couloir. Le Jazz-King se recula d'un coup brusque, affolé et s'installa sur son bureau, les joues en feu. Il ne voulait pas que leur relation se sache. Non. C'était impossible. Personne ne devait savoir pour eux. Même si Malo, lui, ne cachait pas le fait d'être autant intéressé par les hommes que par les femmes, Zola lui, avait peur des réactions que pouvaient avoir sa famille et le reste du lycée. Après tout, contrairement à Malo, Zola n'était pas vraiment populaire. Il se contentait d'aller en cours, d'être discret et d'apporter de bonnes notes. Ainsi, il serait la cible parfaite pour les autres. Même s'il était sûr que Malo le protègerait. Parce qu'il le faisait tout le temps. C'était le mec parfait, en fait. Mais Zola n'osait pas se montrer avec lui devant tout le monde. « Eh … Ils sont partis … Stresse pas ... » Murmura la voix si douce et pourtant si rauque de Malo. Le plus jeune releva la tête, les larmes aux yeux. Il se trouvait horrible de le forcer à se cacher. Dans le fond, Zola n'était qu'un faible, qu'un abruti pas capable de se défendre. Il se mordit la lèvre inférieure tandis que le plus âgé prit le plus jeune dans ses bras, le serrant fort contre lui. « Shht … C'est rien, calme-toi ... » Lui souffla-t-il en caressant son dos. Zola voulait y croire ; en cette histoire. Mais il savait très bien qu'elle se finirait vite s'il ne changeait pas. S'il ne prenait pas son courage à deux mains.

Les larmes envahissaient ses yeux de plus en plus tandis qu'il tenait fermement le bras de Malo en tremblant. Il ne voulait pas, non. C'était impossible, pas vrai ? Malo venait de lui annoncer qu'il le quittait. Qu'il en avait marre de ne pas le voir réagir ; de le voir se cacher et nier le fait qu'il soit ensemble. Zola aurait aimé pouvoir lui dire qu'il allait changer, mais il savait très bien que ce serait lui mentir. Il lui demandait de rester, d'en parler calmement, mais Malo le repoussa avec brutalité ; si bien que Zola trébucha et se retrouva les fesses contre le sol de la chambre du plus âgé. « Dégage, Zola. » Dit-il d'une voix froide. Le jeune Jazz-King secoua la tête en hoquetant. Il n'avait pas envie de partir. Il aurait accepté n'importe quoi ; se faire frapper, se faire insulter, mais il ne pouvait pas accepter le fait d'être abandonner par celui qu'il aimait. Malo grogna et l'attrapa par le bras avec violence avant de le tirer le long du couloir du premier étage de la maison. Arrivé au rez-de-chaussée, il le poussa dehors. « Dégage je t'ai dit. J'veux plus t'voir. De toute façon, t'étais qu'un jouet. J'me suis bien amusé, mais là, tu commences à me faire chier. Ciao. » Sur ces derniers mots, il referma la porte d'entrée de sa maison. Zola lâcha un hoquet de surprise en sursautant et serra les poings. C'était fini, alors ? Juste … comme ça ? Il tourna les talons en pleurant et en reniflant. Il devait être horrible à voir mais il n'en avait rien à faire. Après tout, il était réellement blessé. Il prit le chemin du retour et s'enferma dans sa chambre, ne laissant rentrer personne ; pas même sa sœur. Le lendemain, il alla au lycée, faisant mine de sourire et d'aller bien, comme n'importe qui l'aurait fait. Il voulait parler à Malo. Il était prêt. Prêt à changer pour lui. Mais Eden n'est pas venu ce jour-là, ni les autres jours d'ailleurs. La semaine suivante, Zola demanda de ses nouvelles à ses amis et la seule réponse qu'il eut le fit se sentir encore plus minable. « T'es pas au courant ? Ça fait un mois qu'il dit qu'il va aller étudier à l'étranger ! » Alors, il s'était réellement foutu de sa gueule ? Quel con.

Zola se mordit la lèvre inférieure en sentant son père le prendre dans ses bras. Rares étaient les fois où il se montrait aussi affectueux envers lui, depuis qu'il lui avait avoué son homosexualité. Mais qu'importe. L'important était qu'il allait partir. Prendre son indépendance. Enfin. Le plus jeune des enfants Jazz-King tapota le dos de son père, embrassa la joue de sa mère, puis attrapa son dernier sac en leur souriant. « On va y aller. On vous appelle dès qu'on est arrivé ! » Dit-il avant de tirer la langue à sa sœur. Elle avait déjà tout préparé. Toutes ses affaires étaient déjà dans la voiture, contrairement à celles du gamin aux cheveux bruns. Il sortit de la maison en vitesse, pressé. Il en avait marre de dire au revoir. C'était chiant. Et ça lui donnait envie de chialer comme une gronzesse. Alors, il rentra dans la voiture et ferma la porte. Il klaxonna après avoir démarrer, ordonnant ainsi à sa sœur de se dépêcher. Elle monta dans la voiture en grognant, exaspéré par le comportant du plus jeune. Et ils partirent en direction de Victoria ; pour un nouveau départ.
code by eylika (c)


Dernière édition par P. Zola Jazz-King le 07.07.14 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICE
- smells like teen spirit -
avatar
I.D. CARD

crédit : Avatar: ©Wιɢɢα; Signa: ©Mirror Wax; Gifs: ©Bittersweet
skittles mangés : 134
orientation : homosexuel affirmé

ABILITIES

MessageSujet: Re: we're damaged, take control. (zola)   07.07.14 18:16

Re-Bienvenue la miss  :wooo: :yihaa: 
Bon courage pour la suite de ta fichounette  :heros: 

_________________
You're my obsession, my fetish, my religion, my confusion, my confession.
The one I want tonight, You are my obsession, The question and conclusion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE
- sparkling unicorn -
avatar
I.D. CARD

crédit : class whore stuff
dc : gabriel, ian ~
skittles mangés : 372
orientation : homosexuel, gay.. choisissez votre mot.

hold me tight.

ABILITIES

MessageSujet: Re: we're damaged, take control. (zola)   07.07.14 20:00

Oooooooooooh te revoilà I love you
Re-Bienvenue et bon courage pour ta fichette my love :bril:

_________________

MEMORIES DON'T GO. IT'S KILLING ME.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
I.D. CARD
ABILITIES

MessageSujet: Re: we're damaged, take control. (zola)   07.07.14 21:30

merci vous deuuuux.  :bise: I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
I.D. CARD
ABILITIES

MessageSujet: Re: we're damaged, take control. (zola)   09.07.14 17:34


Félicitations ! Tu rejoins les CAN'T FIGHT THIS FEELING

Bienvenue à Victoria ! Merci de ton inscription, et je suis heureux de t'annoncer que tu es validé, tu peux désormais vivre ta vie pleinement. Pour info, j'ai trouvé ta fiche vraiment pas mal. J'aime bien ta facon d'écrire, même si j'ai toujours un peu de mal avec le "tu" XD J'ai relevé deux petites incohérences, NY c'est pas la capitale mais Washington :P et tu parles d'un an d'écart entre Zola et Chanel, mais tu parles d'elle aussi comme jumelle ??   Mais sinon, c'est nickel ;). Avant de commencer, il serait judicieux de commencer à construire ta vie en commençant par fiche de lien, tu peux aussi aller recenser ton métier, faire une demande de logement ou même te créer un petit scénario. Tu peux aussi faire ici des demandes de rp ou avoir un rang ! Tu l'as compris, c'est maintenant que commence ta vie ! Oh, une dernière chose. Désormais, tu peux créer ton propre téléphone, c'est pas génial ?

Et n'oublie pas de voter pour les top-sites toutes les deux heures en venant le signaler sur ce sujet afin de devenir peut-être le futur membre du mois !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
I.D. CARD
ABILITIES

MessageSujet: Re: we're damaged, take control. (zola)   

Revenir en haut Aller en bas
 
we're damaged, take control. (zola)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» They will not control us, we will be victorious. | Sanaa.
» Damage control
» Gel Olive Oil Edge Control d'Organic Root Stimulator
» Avenue Emile Zola
» Aunt Jackie's Curls and coils In control conditioner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GAYBACONSTRIPS. :: this is heaven's door :: Fiches du staff-
Sauter vers: